lundi 22 janvier 2018

Qu'est-ce qui te ferait danser de joie ?

Arbre paraguayC'est une bonne question, non ? C'est celle à laquelle a tenté de répondre Nicolas Métro. Et aujourd'hui, il part de son expérience pour nous aider à trouver notre voie à travers ce livre de développement personnel. 

Au programme, des chapitres qui s'égrainent comme les étapes d'un voyage. Qui invitent à se mettre en mouvement, par des petits exercices, des témoignages, des conseils (parfois du blabla). S'inspirant de sa propre expérience de reconversion et de voyage, l'auteur nous invite à sortir des limites que nous nous sommes (consciemment ou inconsciemment) fixées pour développer nos envies et notre potentiel. Il illustre (au propre et au figuré, vous verrez, c'est joli) également ses exemples par des comparaisons avec des arbres. Ce qui fait sens pour son parcours puisque Nicolas Métro est un entrepreneur qui valorise l'arbre au service des hommes. 

Est-ce que ça marche ? Je n'ai pas encore vraiment trouvé ce qui me fait danser de joie. J'ai quelques pistes. Je n'ai pas forcément découvert beaucoup de choses inconnues mais j'ai été touchée par certains témoignages. Et j'ai trouvé les petits exercices sympathiques quoi que parfois un peu simplistes ou répétitifs. 

Bref, pas sûre que ce soit exactement ce que j'attendais de ce livre (une approche plus pratique), qui va dans le sens de pas mal d'ouvrages ou d'associations qui travaillent sur le développement intégral. 

mercredi 17 janvier 2018

La mort aux frontières de l'Europe : retrouver, identifier, commémorer

Je ne sais pas ce que vous pensez des histoires de migrants et réfugiés, si l'hospitalité vous tient à coeur, mais moi ça me questionne. Vous ne trouvez pas ça bizarre qu'on puisse s'expatrier un peu partout, voyager, être touristes et que d'autres soient malmenés à nos frontières ? Qu'il y ait de bons voyageurs et de mauvais migrants ?
Alors je lis, j'écoute, je m'informe. Visiblement, il y a pas mal de titres de cette "bibliothèque des frontières" qui pourraient m'intéresser. J'ai commencé mon exploration avec la question des morts qui disparaissent à nos frontières. C'est un ouvrage coordonné par Carolina Kobelinsky et Stefan Le Courant.

Il s'articule selon les chapitres suivants :
L'identification des corps
Les commémorations des défunts
Les récits des morts

Il y a bien des points de départ pour aborder la migration. Ce livre s'intéresse aux morts. Ces morts de la Méditerranée ou du Sahara, ces morts anonymes et souvent peu recensées. Les morts d'une guerre qui ne se dit pas, une guerre des frontières de l'Europe, avec les ressources sophistiquées de l'agence Frontex.
"Malgré la fragilité des chiffres, enregistrer et quantifier les morts et disparus de la migration constitue un enjeu politique majeur. Chiffrer permet de rendre visible une réalité difficilement saisissable par la litanie des faits dramatiques. Les chiffres deviennent alors un instrument d'interpellation de l'opinion publique ; ils donnent dans le même temps une existence et une dimension politique à ces morts. Chiffrer permet de sortir de la logique du fait divers tragique pour faire de ces morts l'enjeu d'un problème public, tant au niveau national qu'international. Ces chiffres soulèvent la question de la responsabilité de ces décès et des moyens mis en oeuvre pour venir en aide aux migrants en détresse"

Venons en à cette question de la responsabilité : 
"Dans les discours politiques ou médiatiques dominants, les migrants morts aux frontières sont moins présentés comme une conséquence du régime contemporain des frontières que renvoyés à leur responsabilité individuelle ou plus exactement à leur irresponsabilité. Ce sont les candidats à la migration qui sont accusés de prendre des risques démesurés. Cette vision simpliste occulte tout d'abord les circonstances de cette prise de risque. Fuyant les guerres, la famine ou l'effrayante perspective de n'avoir aucun avenir chez eux, les candidats à la migration acceptent de prendre des risques pour ne pas en subir d'autres, qu'ils estiment bien plus périlleux. Prendre un risque, c'est se projeter là où un avenir dans un temps et un ailleurs semble possible, quand le ici et maintenant ne l'est pas ou ne l'est plus. Les candidats à la traversée sont tous conscients de mettre leur vie en péril. Tous ont entendu parler de naufrages, beaucoup ont perdu un proche pendant la traversée"

Et l'on ne parle souvent que des méchants passeurs qui font leur blé sur le dos des naïfs migrants. Mais n'est-ce pas une construction médiatique ? Que comprend-on de l'urgence réelle de passer les frontières ? De fuir des situations intenables ? Les médias favorisent le développement d'un imaginaire de l'invasion, de l'entrée illégale généralisée en Europe. Mais c'est loin d'être le cas : la majorité des migrants restent dans les pays frontaliers du leur, espérant un retour rapide chez eux. Et ce n'est pas tant un assaut migratoire de nos murs, un siège de l'Europe que le durcissement des frontières et notre enfermement qui poussent les personnes à des actes extrêmes.
"En restreignant les possibilités légales d'accès aux territoires européens, la politique crée les conditions propices à l'apparition et à la prospérité de ces "passeurs""

L'ouvrage fait aussi un point rapide sur le visage au-delà du chiffre. Quels outils pour identifier les morts ? Quelles données ? Comment sortir de l'anonymat ? Il existe des bases de données, des informations détenues par l'une ou l'autre association, municipalité, bref ces personnes qui ont enterré les morts. Comment croiser ces données ? Comment faire savoir à la famille que l'un des leurs a disparu ?
Il y a urgence à nommer puis à commémorer ces défunts, à souligner les difficultés des passages, à sortir du cimetière anonyme, à donner une voix à ces disparus, souvent oubliés ici mais attendus là-bas.
"Au delà de la mort, le spectre de la disparition sans laisser de trace, sans qu'aucun proche ne le sache, hante le quotidien des migrants aux frontières"

Alors, durcir les frontières, est-ce réellement une solution ? Le nombre de morts devrait nous signaler que non. Et cette violence est institutionnalisée et légitimée par nos États, au-delà des considérations humaines, reste une violence inacceptable. Et ce n'est pas seulement l’État qui est responsable, nous sommes en démocratie, c'est un peu chacun de nous.

lundi 15 janvier 2018

Comment se dire adieu ?

Oulala, je ne saurais vous dire depuis combien de temps on m'a offert ce livre mais ça fait un bail que je vois sa couverture dormir dans ma PAL. Laurie Colwin, ça ne me tentait pas. Et puis le thème de la danseuse convertie en mère au foyer, ça n'envoyait pas du rêve. Pourtant, la lecture du roman fut agréable, non dénuée d'humour et de questions sur notre place dans le monde, tout cela sur un ton léger.

Géraldine a plaqué sa thèse. Elle est partie danser et chanter pour Ruby Tremblay et les Tremblettes. Et puis, elle a fini par se caser. Passionnée de musique, elle peine à oublier les nuits de concert, ses solos, les heures de bus et l'ambiance de la scène. Pourtant, elle finit par se marier et par dénicher un job pour le centre de la musique noire. Mais reste nostalgique de ses années de folie. Et se pose pas mal de question par rapport aux amis de son mari, très riches et pleins de bonnes intentions (et de fondations qui brassent des sous) envers les "pauvres" mais ne veulent surtout pas les rencontrer. Par rapport à sa mère, qu'elle ne cesse de décevoir. Par rapport aux anciennes Tremblettes, qui ont vécu leur période rock comme une transition, mais se sont toutes rangées. Bref, quelle est sa place ? 

Attachante et drôle, Géraldine aurait pu m'agacer avec ses atermoiements, ses questions d'ado et d'adulte, ses provocations, ses bêtises... Mais non, je l'ai suivie joyeusement dans ses interrogations. Un roman très américain, qui parle aussi de l'origine sociale et géographique, de la société et de sa vision de la réussite, des passions, de grandir tout en restant enfant.

vendredi 12 janvier 2018

Le verre, un Moyen Âge inventif

Elle vient de se terminer. Mais je n'ai malheureusement pas pris le temps avant de vous parler de cette expo du musée de Cluny sur cette technique. 

Le verre, ce n'est pas nouveau au Moyen Age. Les civilisations antiques gèrent déjà bien. Mais le Moyen Age apporte son lot d'inventivité et de renouveau. Avec de très belles pièces, des vitraux aux verres à pied, ou d'autres moins esthétiques mais plus utiles, comme les urinoirs et les lunettes, c'est un parcours par usages et chronologique qui nous est proposé. 

Après une petite partie technique (chouette vidéo), on passe assez vite au vitrail qui orne les églises. Évolutions des couleurs, avec leurs teintes profondes. On peut aussi admirer quelques jolis exemples des usages du verre dans l'ornement et l'émail. Puis l'on découvre les verres de table, les gobelets et les coupes, ces verres creux, souvent prestigieux. Comme Dieu, les tables des princes méritent ce beau matériau. Mais il sert aussi aux scientifiques et aux médecins pour étudier les humeurs du corps. Fascinant par sa transparence, ses qualités réfléchissantes, il est aussi représenté par les peintres comme un morceau de choix. 

Expo intéressante mais manquant un peu de contenu à mon goût (peu de cartels bien étoffés), elle vaut certainement le coup que l'on s'intéresse à son catalogue. Mais elle demeure bien moins passionnante à mes yeux que ce qu'on a l'habitude de voir à Cluny.


lundi 8 janvier 2018

Le coffret

J'ai trouvé ce bouquin d'Allen Kurzweil, un peu par hasard, dans une bibliothèque voisine. Intriguée par les premières pages, je l'ai embarqué. 

Chinant des objets anciens à Paris, notre narrateur nous raconte sa découverte d'une boite à Drouot. Un memento hominem. Une boite qui raconte la vie d'un homme à travers quelques objets choisis. L'homme à qui appartenait cette boite, c'est Claude Page, un ingénieux inventeur du XVIIIe siècle. Dans cette boite, vous trouverez un bocal, un nautile, une morille, un mannequin, une perle, une linotte, une montre, une cloche, un bouton et... du vide. Comment faire parler ces objets ? Notre narrateur retrace pour nous, au fil des chapitres, ce qu'illustre tout cela. 

Claude Page est fils d'un horloger et aventurier disparu et d'une herboriste de l'est de la France. Il vit avec ses deux soeurs et s'adonne au dessin. Le comte de Tournay, qui se fait appeler l'Abbé, prêtre défroqué, repère ses dons pour le dessin et décide d'en faire son protégé. Il l'initie à toutes sortes de sciences et d'art. Claude se spécialise d'abord dans l'émaillage. Puis dans l'animation de petits objets métalliques. C'est une rente pour l'abbé ruiné, qui ne commercialise que des sujets scabreux. Oui, le XVIIIe siècle est autant celui des Lumières que de Sade et des galanteries. Après avoir vu ce qu'il n'aurait pas du voir, Claude fuit le domaine et rejoint Paris où une nouvelle vie commence, celle d'apprenti chez un libraire névrosé. Qui vend des livres pornographiques. Mais ce qui plait à Claude, c'est de bricoler, de faire fonctionner, de construire... Un chemin qui lui sera difficile de reprendre.

Ce roman d'aventure et d'initiation sous le signe des galanteries et de la mécanique était bien mené et réjouissant. Le point de départ est une belle idée, même si l'on regrette que ces objets ne soient pas mieux utilisés dans le déploiement des chapitres. Claude et l'Abbé sont de beaux personnages, quoi que manquant un peu de nuances. Les personnages secondaires sont quant à eux très caractérisés et trop caricaturaux. Un lecture divertissante. 

vendredi 5 janvier 2018

Une vie sur mesure

Pour mon anniversaire, l'Amoureux m'a offert une sortie au théâtre Tristan Bernard. Ce one man show est bluffant. A la fois comédien et batteur, Axel Auriant-Blot nous tient en haleine pendant une heure trente. Alternant moments musicaux, du jazz à la samba, en passant par la techno, le rock et la bossa, et récit de sa vie, ce jeune acteur campe un délicieux Adrien. Naïf, doué, ce jeune garçon ne vit que pour le rythme. Il est émerveillé par le son du ballon qui rebondit, combiné à celui du hachoir familial, par le bruit de la gifle comme du baril de lessive... Tout est musique pour lui. Et la batterie est son instrument rêvé. 
Mais à part la musique, l'école ne lui réussit pas beaucoup, la maison est un lieu de violence et de chantage, il n'a pas d'amis... Mais comme il n'y a que la batterie qui compte, qu'importe. Attachant et drôle malgré lui, Adrien nous embarque dans son histoire... avec Tiketoum, son instrument. Seul bémol, la fin hardos. 

mercredi 3 janvier 2018

Voyage d'hiver

De Jaume Cabré, j'ai adoré Confiteor. Bon, comme la plupart de la blogo. Et je serai tout aussi originale en déclarant que ses nouvelles ne m'ont pas autant émerveillée. C'est moins labyrinthesque et travaillé, certaines enchantent, d'autres pas. Mais j'ai trouvé fort appréciables les liens qui se tissaient d'une nouvelle à l'autre, construisant un récit à trous plus global que le cadre des nouvelles. Ici personnages principaux, là secondaires, simplement mentionnés, les hommes et les œuvres d'art circulent dans le temps et l'espace des nouvelles, les liens sont explicités ou non, c'est toujours une petite surprise de retrouver l'un ou l'autre.

Opus Posthume : pianiste et concertiste, Pere Bros est paralysé. Par le trac ? Par l'ennui ? Ce soir, il voit Schubert dans la salle. Et il décide de changer le programme pour jouer du Fischer.
Le testament : Agusti vient d'enterrer sa femme. Il ne s'y attendait pas, c'était lui le malade. D'ailleurs, il attend des résultats d'analyse.
L'espoir entre les mains : Un prisonnier attend des nouvelles de sa fille depuis des années. Il est prêt à s'évader pour cela. Patience...
Deux minutes : Scènes de la vie urbaine, entre un réparateur de machines à laver, une femme au foyer, une policière, un chauffeur, et quelques autres.
Poussière : Victoria fait le ménage chez M. Adria. Mais elle s'occupe aussi de classer ses ouvrages. Un hommage à la bibliophilie et aux ouvrages oubliés.
Des yeux de gemme : Baruch travaille pour les diamantaires. De livreur, il devient voleur. Une aventure à double sens.
Le rêve de Gottfried Heinrich : Le fils de Jean-Sébastien Bach joue toujours ce même air, qui hante le compositeur. C'est un des pivots et sa place centrale n'est pas un hasard.
Je me souviens : Isaac et sa famille ont été déportés. Il a toussé au mauvais moment. Et, enfermé, il a dû exécuter un crime. Oubliera-t-il un jour ?
Finis coronat opus : Il n'a pas l'air très bien avec ses citations latines et ses allergies musicales. Il dragouille. Et ça se passe mal.
Ballade : L'armée embarque son fils, malgré son handicap. Elle guette chaque jour son retour.
Plop ! : Ils sont numérotés. Ils ont des silencieux et une mallette. Histoire de tueurs à gages.
La trace : Petit délinquant arrivé en Norvège, il rencontre son Héloïse. Mais elle ne le reconnait pas.
La négociation : De l'art au Vatican, des tueurs, des sous... ça intrigue sec chez le cardinal Gaus.
Winterreise : Cette nouvelle clôt l'ensemble et nous renvoie à la première. Zlotan, musicologue et ami de Pere, attend une femme devant la tombe de Schubert, Margit.

Certaines m'ont beaucoup moins plu, par leur style notamment : Finis coronat opus et La trace qui fonctionnent d'ailleurs ensemble. Mais l'ensemble est stimulant et plaisant. 

mardi 2 janvier 2018

Nous et les autres. Des préjugés au racisme

EDIT : ça y est, j'ai fait un saut à l'expo quelques jours avant sa fermeture !

Sans surprise, elle m'a beaucoup plu. J'y ai bien sûr retrouvé les éléments du catalogue, parfois moins développés mais plus interactifs. Jeux, vidéos, installations, tout est fait pour interpeler le visiteur tout en l'informant. J'ai beaucoup aimé la première partie sur les catégorisations avec la "station cliché" qui montrait bien comment on met des étiquettes à ces inconnus qu'on croise. Puis les petits jeux psychologiques dans le hall d'aéroport. Simple et efficace ! Avec une scéno très chouette.

La partie sur les races, le colonialisme et l'esclavage m'a semblé un peu légère : une petite salle et quelques objets. Puis l'on passe à trois vidéos très claires sur la ségrégation aux USA, la shoah et le génocide rwandais. Quelques minutes pour comprendre ces événements.

Enfin, on s'attache à ce que l'on fait de tout ça aujourd'hui à travers des approches biologiques, sociologiques, anthropologiques. Là aussi, le pari est de montrer des infographies et vidéos. C'est plutôt chouette avec cette limite qu'on est un peu les uns sur les autres et que l'on n'a pas vraiment l'opportunité de tout voir et tout consulter. Et qu'il y a moins d'objets (mais ça, c'est juste l'habituée des expos beaux-arts qui parle).

Un parcours passionnant, riche, qui ne fait finalement pas doublon avec le catalogue. Très chouette découverte aussi que le musée de l'homme et ses collections permanentes qui questionnent beaucoup sur notre identité et notre avenir commun !

_______________

Je n'ai pas encore pris le temps d'aller explorer cette exposition au Musée de l'homme mais j'ai volontiers dévoré ce petit catalogue de Heyer et Reynaud-Paligot. Et il me donne envie d'aller voir l'expo "à la croisée de l'anthropologie, la biologie, la sociologie et l'histoire". 

La première partie du catalogue s'intéresse à la catégorisation et à l'identité, comment se met-on dans des cases et met-on des étiquettes aux personnes.
"C'est ce processus de catégorisation ordinaire et commun, que nous pratiquons tous au quotidien, qui aboutit parfois à des phénomènes beaucoup moins anodins d'exclusion, de rejet, de discrimination - en un mot, de racisme". Un processus qui permet à chacun d'exister dans un groupe donné mais qui peut parfois dériver.
Puis, il est question des "races" à travers le temps, comment s'installe une hiérarchie pour justifier l'esclavage et la colonisation, comment elle se poursuit avec les apartheids, la ségrégation voire les génocides. C'est la partie la plus documentée du catalogue, avec un aspect historique fort. Puis l'on nous propose un état des lieux qui fourmille d'infographies diverses et variées (et de graphiques tous plus colorés et fouillés les uns que les autres). 

Une lecture intéressante qui vise à combattre des préjugés de façon intellectuelle. La seconde étape serait de façon plus personnelle, à travers des rencontres, qui impliquent forcément les uns et les autres. 

"Pour lutter efficacement contre le racisme, il faut en effet, entre autres, apprendre à saisir ses composantes psychologiques, pour mieux les déconstruire et en combattre les conséquences"